mercredi 16 novembre 2005

Ministère

Au Canada on dit Ministère du travail, en France on disait Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité, on dit à présent Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement.

Rien que dans les intitulés successifs, on comprend que le travail est une affaire de société et que lorsque ça va mal (comme en ce moment), que le manque de travail influe sur d’autres secteurs comme celui du logement, on fait appel à la solidarité.

     Ca va mal, la crise que traverse la France n’est pas celle de l’immigration mal contrôlée, ou celle de la jeunesse capricieuse, ou celle des banlieues dévoyées, ou celle de la recherche d’identité ou celle de la polygamie ( permettez moi de rire ou mieux de pleurer quand j’arrive à ce point de non retour d’un esprit plus étroit que les canalisations de mes chiottes) c’est une crise sociale grave, déjà latente et connue des politiques qui ont pris les devants, même en choisissant l’intitulé du ministère.

        Les demandes d’emplois baissent nous dit on, le pouvoir d’achat aussi. Alors comment arrêter le mécontentement ?

       Ce n’est pas en restreignant les libertés comme nous l’avons vu récemment ou en bafouant le droit de grève que le gouvernement va réussir.

         Plus de 5 millions de personnes sont exclus de l’emploi et confinés dans la précarité, puis on vient nous parler de solidarité ?

        Ce refus de prendre en compte les revendications populaires de la part des dirigeants est inacceptable et pourtant nous le subissons.

         On nous avait appris que le progrès social était la possibilité pour chacun de s’épanouir dans son travail, encore faudrait il en avoir un !

Dédé

Posté par les utopistes à 09:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Ministère

Nouveau commentaire